Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Un peu plus de dix ans plus tard, à Dreuil Lès Amiens, en France.

 

Aleister Démion allait tranquillement sur ses onze ans et menait une vie  harmonieuse auprès des siens. Il vivait au sein d'une famille que l'on pouvait qualifier d'aimante. Une belle et sincère complicité régnait entre eux tous. Monsieur Démion, Maxime de son prénom  et Priscilla Démion formaient un très joli couple. La trentaine épanouie, en phase avec leur époque, on pouvait dire d'eux qu'ils étaient de ces parents que l'on qualifie parfois de parents-copains. Monsieur Démion, un homme grand et à l'allure athlétique avait tout du héros nordique, Thor dans toute sa splendeur, quand à Madame Démion, elle était séduisante, très séduisante, même. Elle avait tout du Top Model. Mais une vraie femme, elle. Pas une de ces "filifemmes ", de ces Tops Models qui défilaient sur les podiums des grands couturiers en version " Jack Skellington " dans " L'Étrange Noël de monsieur Jack ", c'est à dire très élégamment juste revêtues de leur peau sur les os... Comme son mari, le grand frère et la petite sœur d'Aleister, elle avait les cheveux aussi blonds que ceux d'Aleister étaient bruns. Sinon, leurs yeux pétillaient tous du même bleu océan, si ce n'était que ceux d'Aleister viraient parfois au bleu acier.

Aleister était le deuxième de la fratrie. Il avait donc un frère aîné qui allait sur ses treize ans et se prénommait Angel et une petite sœur de six ans qui avait pour nom... Angélique. Aleister avait les mêmes centres d'intérêts que son frère Angel, si ce n'est que ce dernier était véritablement passionné par tous les jeux vidéo qui avaient trait à la magie, tandis qu'Aleister moins rêveur avait un esprit beaucoup plus cartésien et n'était pas de genre à courir après des chimères. Mieux, il était complètement réfractaire à cet univers et n'avait même pas daigné mettre un pied dans le Grand complexe cinématographique d'Amiens, la grande ville d'à côté, pour aller voir le dernier Harry Potter lors de sa sortie en salle.

Pour lui, sans qu'il comprenne vraiment pourquoi, rien que l'évocation des mots : sorcier, magicien ou enchanteur était une souffrance. Alors, lorsque déferla le phénomène Harry Potter... D'autant que ce n'était pas du côté de sa petite sœur Angélique qu'il pouvait escompter trouver un peu de répit. Si elle ne jouait pas aux jeux vidéo portant la licence " Harry Potter ", en revanche, elle était déjà passionnée par tous les films et la littérature  qui avaient pour thème son univers magique et ses dérivés. Et bientôt, cerise sur le gâteau, elle supplia pour se faire lire tous les soirs avant de s'endormir : les aventures de Tara Duncan qu'elle avait découvertes dans une série de dessins animés qui passait à la télé et qui était encore d'un niveau de lecture trop élevé pour son cerveau de petite fille précoce.

Aleister avait traité le problème d'une façon radicale : Tu es trop jeune pour écouter ça. Tu vas faire des cauchemars. Alors, la petite s'était rabattue sur le grand frère qui, lui... n'avait pas le temps et, enfin, sur ses parents qui, en découvrant l'épaisseur des pavés, se dirent, effarés, qu'ils allaient en avoir jusqu'à l'âge de la retraite.

Enfin, pour leur faire plaisir et parce qu'il les adorait, parfois, Aleister cédait à l'un ou à l'autre et tenait le pad pour donner le change à son frère, ou s'astreignait à une séance de lecture nocturne pour que sa petite sœur s'envole au pays des songes la tête pleine... de monstres ténébreux aux longues dents et aux pattes pleines de griffes que des sorciers et des sorcières aussi séduisants ( ou repoussants ), que redoutables combattaient farouchement. Tout pour un sommeil serein, pour un sommeil câlin...

Tag(s) : #Harry Potter : L'aventure continue

Partager cet article

Repost 0